CHANSON DES RUES

Paroles de Marc Estève
Musique d'Enrico Macias

Chanson des rues
Feuille au vent
Lettre perdue

Les mots voyagent
En faisant
Le plein d'images

Un tour de boussole
Deux villes au hasard
Trois tournesols
Ou le grand large

Bouteille en mer
Cerf volant
Grain de poussière

Les notes nagent
Vont aux champs
Suivent les plages

Mon Dieu, quelle chance
De bercer un jour
Juste une enfance
D'un peu d'amour

J'irai toujours, poussé par cette mélodie
Qui se transmet, je crois, depuis la nuit des temps
Ça n'est jamais la même, elle fait souvent sa vie
Mais elle revient chargée d'histoires et de présents

Mon Dieu quelle chance
De pouvoir un jour
Bercer une enfance
Avec un peu d'amour

Chansons des rues
Feuille au vent
Lettre perdue
Les mots voyagent
En faisant
Le plein d'images

Un avion décolle
Deux trains rentrent en gare
Trois rossignols
Chantent ce soir

Je suis chez moi, toujours au dessus des frontières
Pas de visa pour ceux qui voyagent en refrains
Si l'on entend ma voix bien au delà des mers
C'est que tes mots, mes notes, vont main dans la main

Chansons des rues
Feuille au vent
Lettre perdue

Les mots voyagent
En faisant
Le plein d'images

Un avion décolle
Deux trains rentrent en gare
Trois rossignols
Chantent ce soir

Bouteille en mer
Cerf volant
Grain de poussière

Les notes nagent
Vont aux champs
Suivent les plages

Mon Dieu, quelle chance
De bercer un jour
Juste une enfance
D'un peu d'amour

Mon Dieu quelle chance
De pouvoir un jour
Bercer une enfance
Avec un peu d'amour