Enrico Macias, l’Algérie au coeur


Musée d’art et d’histoire du Judaïsme


Grand entretien avec Enrico Macias En conversation avec Corinne Bensimon Avec l’aimable participation de Kamel Labassi
La vie et l’œuvre d’Enrico Macias sont étroitement liées à l’histoire des juifs d’Algérie, dont il incarne le destin contrarié. Né en 1938 à Constantine dans une famille de musiciens, Gaston Ghrenassia est directement touché par la guerre lorsque son maître Raymond Leyris, dit « Cheikh Raymond », monument du malouf et symbole de la communauté juive de Constantine, est assassiné par le FLN en juin 1961. Repéré dans un cabaret après son exil parisien, Gaston adopte le nom de scène d’Enrico Macias et devient le symbole des rapatriés d’Algérie. S’il connaît un succès international grâce à des titres aux sonorités orientales, il continue d’entretenir une relation intime avec la musique arabo-andalouse, le malouf, partageant régulièrement la scène avec des musiciens algériens. Et il n’abandonne pas l’idée de se produire un jour chez lui, à Constantine. Remerciements : Jean-Claude et Jocya Ghrenassia

1 Comment on “Enrico Macias, l’Algérie au coeur

  1. Très touchant cette interview.
    Une animatrice très sympathique, Kamel jamais loin d’Enrico.
    Et notre chanteur préféré avec sa guitare.
    Merci à Martine, Jocya et Jean-Claude .
    Pour ma part cela fait 55 ans que je suis fidèle à Enrico et que cela continue encore longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.