« Je souhaite finir ma vie en faisant ce métier »

Interview

Enrico MACIAS

Jeudi 15 Mars 2012 – 20h30 – Le Pasino – AIX EN PROVENCE – 40€  Réservez ici !
Vendredi 16 Mars 2012 – 20h45 – Théâtre Galli – SANARY SUR MER – 41€  Réservez ici !
Samedi 17 Mars 2012 – 20h30 – Casino du Palais de la Méditerranée – NICE – 40€  Réservez ici !

 

Morgane L. : Plus de 70 ans et 50 ans de carrière, d’où vous vient cette inépuisable énergie ?
Enrico Macias : Je ne sais pas comment je fais… Je trouve que c’est une immense chance de fêter mes 50 ans de carrière cette année, de durer tant que ça et d’être en bonne santé. Mais je pense que l’énergie me vient de l’amour du public et de l’amour de mon entourage, de mes enfants, de mes petits-enfants… J’ai eu un gros malheur, j’ai perdu ma femme il y a 3 ans et j’ai vraiment pensé tout arrêter… J’étais dans un état lamentable et c’est mon fils Jean-Claude qui m’a remis sur les rails en me parlant du concept du dernier album. Ça m’a occupé… Pas à oublier ma peine mais à me consoler de ma peine.

« Voyage d’une Mélodie » ? Il s’agit d’une mélodie universelle qui représente différentes racines, familières et étrangères. Et je la fais voyager pour échanger toutes ces cultures de façon à rapprocher les gens. Je crois que le 1er médicament de l’humanité en dehors de l’amour, c’est la culture sous toutes ses formes… Et moi, c’est la chanson.

Amour, racines, famille… Cet album s’inscrit donc dans la même lignée ? Exactement dans la même lignée ! Tout est assez festif même celle dont j’ai composé la musique et où je chante une prière très gaie Shalom Aleikhem, « Que la paix soit sur vous ».  La seule chanson qui est très sérieuse et solennelle raconte l’histoire de gens qui étaient aux camps de Vilnius pendant la Shoah. C’était un ghetto où étaient incarcérés des juifs. Parmi eux, il y avait un auteur-compositeur et pendant leur immense souffrance, il leur a inventé une chanson pleine d’espoir. Personne n’a survécu à ce camp, la seule survivante a été cette chanson et j’ai tenu à l’enregistrer en la mémoire de toutes les victimes de la Shoah. J’aurais du la chanter en yiddish mais j’ai tenu à la chanter en français pour que tout le monde la comprenne…

Suite de l’interview ici : http://www.le-mensuel.fr/index.php/interviews/67-itwmaitres/2940-enrico-macias-interview

Enrico Macias en concert Propos recueillis par Morgane Las Dit Peisson pour Le Mensuel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.