Quand j’étais petit, je mettais déjà mes rêves en musique

Voici quelques mois que nous vous parlons de Lionel Teboul. Certains l’ont peut être découvert à cette occasion.

Mais pour tous ceux qui suivent Enrico Macias depuis ses débuts, Lionel Teboul, vous le connaissez depuis de très nombreuses années.

Souvenez vous de l’école des fans de Jacques Martin avec pour invité Enrico Macias le 22 mai 1977. Un petit bout de chou de 5 ans est venu chanter Solenzara en s’accompagnant à la guitare.


Ce même petit garçon, nous l’avons retrouvé quelques années plus tard sur la scène de l’Olympia en mars 1985, toujours aux côtés d’Enrico. Comme un reflet du petit Macias de Constantine, il a interprété en duo avec l’artiste, toujours en s’accompagnant à la guitare, « Quand j’étais tout petit » (aussi appelée « l’amour existe »).

34 ans plus tard, nous l’avons retrouvé, sur cette même scène de l’Olympia, mais cette fois ci au clavier et comme chef d’orchestre et co-arrangeur avec Jean claude Ghrenassia du spectacle d’Enrico.

Il a eu la gentillesse de bien vouloir répondre à nos questions

Avez-vous des souvenirs de votre passage à l’école des fans d’Enrico Macias en mai 1977 ?
Vous aviez alors 5 ans.

Oui j’avais 5 ans et je m’en souviens comme si c’était hier. Je me rappelle même que la veille de l’émission, nous avons fait la répétition.

Étaient ce vos parents qui avaient fait le choix d’Enrico Macias ?

Oui ce sont mes parents qui ont fait ce choix. Ils écoutaient Enrico Macias et ils s’étaient rendu compte que mon oreille était attirée par ses chansons.

Vous aviez déjà une maîtrise impressionnante de la guitare. Qui vous a appris à jouer ?

Mon Père jouait quelques accords de guitare en tant qu’amateur. Il m’a transmis ces accords ainsi que les chansons d’Enrico Macias.

A 5 ans , je savais chanter quinze chansons d’Enrico Macias en m’accompagnant à la guitare.

En 1985, vous retrouvez Enrico sur la scène de l’Olympia pour un inoubliable duo sur « l’amour existe » (« Quand j’étais petit »).  Enrico avait il écrit cette chanson pour vous deux ?

Lionel Teboul et Enrico Macias – Olympia mars 1985

Oui, cette chanson avait été écrite pour nous deux.

Durant ce même Olympia, vous aviez également interprété avec lui « Ouvre moi la porte », « Malheur à celui qui blesse un enfant » et « Deux ailes et trois plumes » avec Astrid.
C’était un rêve tout éveillé qui se déroulait pour vous.
Vous n’avez pas essayé de poursuivre une carrière de chanteur par la suite ?

Oui, c’était vraiment un grand rêve accompagné d’un Énorme Bonheur !

Après avoir mué à l’âge de 13 ans, j’ai voulu suivre une carrière de chanteur. J’ai eu un producteur avec qui j’ai enregistré quelques chansons. Les maisons de disques étaient très intéressées, mais il n’y a pas eu de suite. Je me suis donc dirigé vers la Composition et les Arrangements.

Depuis qu’ êtes-vous devenu ?

Après l’Olympia, j’ai continué à apprendre le piano que j’avais commencé en parallèle de la guitare à l’âge de 10 ans ainsi que la composition  et l’arrangement.

J’ai aussi appris le métier d’ingénieur du son de studio et j’ai commencé à faire des arrangements pour des artistes tels que Jonathan BERBUDES , Bernard MENEZ, ainsi que d’autres artistes. A 17 ans, et durant trois années, j’ai été le Pianiste de John William (Chanteur Négro Spiritual ).

A 22 ans, j’ai monté mon propre studio d’enregistrement et j’ai réalisé les arrangements des 2 premiers albums du Groupe ALABINA, mais aussi de nombreux autres artistes : Françis Lalanne, KAOMA, Gloria Gaynor, etc….

Aujourd’hui, on vous retrouve avec grand plaisir comme chef d’orchestre d’Enrico et co arrangeur avec son fils Jean Claude, du spectacle de l’Olympia et de l’album de reprises qui vient de sortir.
Comment se sont faites les retrouvailles ?

Oui, c’est un énorme bonheur pour moi d’être le chef d’Enrico Macias et de me retrouver à ses côtés après 35 ans.

Avec Jean Claude, nous nous sommes retrouvés lors d’une soirée privée il y a trois ans et depuis nous collaborons beaucoup ensemble.

Quels ont été vos intentions dans cette préparation de l’Olympia ?

La réussite du spectacle.

Avez-vous d’autres projets avec Enrico ?

Secret 🙂

Vous pouvez retrouver Lionel alias Ronny Gold sur son site

Merci infiniment à Lionel Teboul d’avoir accepté avec beaucoup de gentillesse de répondre à nos questions
Très prochainement, nous vous proposerons sur notre site une nouvelle page qui lui sera consacrée.
A suivre

Share Button

1 Comment on “Quand j’étais petit, je mettais déjà mes rêves en musique

  1. comme quoi le destin nous réserve de merveilleuses surprises, – ça me fait tellement plaisir de savoir que Lionel a fait de la musique sa passion et son métier .. on l’encourage et on lui souhaite beaucoup de succès et de bonheur avec tous ceux qu’il aime, dont Enrico évidemment …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.