Le soleil de la Méditerranée fait fondre la glace grenobloise

Grenoble, ville olympique, ville des sports d’hiver a pour décor, au mois de février, la neige et la glace des sommets qui l’enserrent.
Que pensez-vous qu’il se passe alors lorsque débarque dans cette froidure le plus rayonnant et chaleureux soleil de la Méditerranée ?
N’ayez aucun doute, c’est ce dernier qui impose son tempo et c’est bien ce qui s’est passé hier soir à l’auditorium d’Alpexpo.
Petite salle à l’ambiance chaleureuse, c’était le lieu idéal pour offrir à Enrico Macias et à son public un cocon intimiste et convivial.
La soirée a débuté de la plus belle des façons avec le virtuose de la guitare flamenca, Jean Philippe Bruttman qui, accompagné de ses musiciens (Alberto Garcia/2ème guitare & chant, Fabrice Bon/clarinette & violon, Maria Gasca/percussions), nous a offert un mini récital aux accents gitans de très haute qualité. Un pur moment de bonheur et de régal qui nous a mis en bouche pour la suite de la soirée.

Puis ce fut au tour d’Enrico Macias d’entrer sur scène. Attendu avec beaucoup d’impatience par un public venu voir le chanteur de la famille, la salle s’est mise à frapper dans ses mains dès la première mesure jouée par l’orchestre, et une ovation spontanée est montée dès l’apparition de l’artiste sur la scène.
Souriant et détendu, Enrico Macias n’a eu besoin que d’une chanson pour faire fuser les youyous et les cris de bonheur. Et malgré le froid et l’humidité à l’extérieur, c’est dans une chaleur torride et un climat de fête et de fraternité que s’est déroulé le concert.
Soutenu par ses musiciens attentifs à chacun de ses élans, Enrico Macias a réservé à son public quelques belles surprises. Citons notamment la reprise impromptue de Chiquita ou le duo avec Jean Philippe Bruttman en fin de spectacle.


Quelle ambiance « maman chérie » ! Quelle belle fête ! 1h20 de magie, de bonheur, portée par un Enrico en grande forme, des musiciens toujours aussi excellents, et un public au top qui a chanté, dansé, applaudi et ovationné Enrico, scandant son nom sans fin pour lui dire merci encore et encore pour ces moments de joie si précieux en ces temps difficiles.

Ce fut vraiment une très belle soirée maciasienne hier soir à Grenoble.
Et nous devons remercier l’organisateur Thierry Touati et le C.I.G. BarYohai en la personne de son président Erick Bensoussan pour cette initiative. Les Grenoblois n’avaient pas eu le plaisir d’accueillir Enrico dans leurs murs depuis 2007, et cet évènement a été un tourbillon de bonheur et de communion sous le soleil de la Méditerranée qui aura redonné l’entrain nécessaire à chacun des heureux présents.

Nous ne terminerons pas ces lignes sans bien évidemment remercier Enrico lui-même,  le magicien de la fête, celui qui sait atteindre tous les cœurs et les enflammer aux accents de sa voix chaude et du son si pur de sa guitare.

Mille mercis pour ces instants précieux dont nous garderons longtemps le souvenir

Liste des chansons

Enfants de tous pays
Une fille à marier
Aux talons de ses souliers
Adieu mon pays
Le voyage
Paris, tu m’as pris dans tes bras
La femme de mon ami
Solenzara
Les gens du nord
Chiquita
Les filles de mon pays
Le violon de mon père
Shabehi Yerushalaïm
Medley oriental
Le mendiant de l’amour
L’oriental
El Porompompero




Enrico Macias, Jean Claude Ghrenassia et Jean Philippe Bruttman

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.